press

Face to Faces

With an experience spanning thirty years, and a portfolio that includes famous personalities like actor John Malkovich, DJ and music producer Bob Sinclar, Swiss watchmaker Richard Mille alongside Laurent Picciotto of Chronopassion as well as chefs, businessmen, models and musicians, Stéphane de Bourgies with his instantly-recognisable photo framing, is undoubtedly one of the most accomplished lensmen in the business.

Natalie White for Senatus - read more on Senatus

Le regard de Stéphane de Bourgies

Grand, mince, beau, plus lourd qu’il n’en a l’air: c’est le livre de Stéphane de Bourgies. Portraits signés d’un photographe qui regarde son interlocuteur droit dans sa tête, avec son appareil comme une vrille, le pénétrant jusqu’au fond de lui-même.

Gilles Pudlowski - lire l'article complet sur www.gillespudlowski.com

Portrait d’un portraitiste : L’ébouriffant Stéphane de Bourgies

Rencontrer Stéphane de Bourgies est une expérience étourdissante.

L’homme : Svelte et élégant, posé, à sa place. Heureux. Drôle, inspiré, spontané. Vivant. Ses photos : Balèzes. Vives, provocantes, fulminantes, pleines d’histoires et de muscles. Un travail d’une prodigieuse singularité. Inouï. Son studio : Épatant. Brut et poignant. Hauteur de plafond stupéfiante, portraits tapissés sur les murs, un grand canapé, un ordinateur. Des livres à n’en plus finir, une petite cuisine, un grand escalier. Et en plein coeur, l’arène, le ring, le champ de bataille : le spot, sur immense fond blanc, qui en impose de sa majestueuse sobriété, et vous dit, assuré, « j’en ai vu passer… ».

Raphaële Marchal - lire l'article complet sur le site enrangdoignons.fr

Les portraits EXCESSIFS de Stéphane de Bourgies

Dandy Magazine - photo de Stéphane de Bourgies

Son style très personnel lui vaut la fidélité de nombreuses personnalités des affaires et du spectacle. A 51 ans, Stéphane de Bourgies est l’un des portraitistes les plus en vogue de Paris, et loue ses talents au show business autant qu’aux plus prestigieuses maisons de luxe.

Le plus souvent relevés d’une pointe d’humour, ses clichés n’hésitent pas à forcer le trait pour dégager une présence – et même une force – inattendues, selon une sorte de « loi de Bourgies » à laquelle même ses clichés commerciaux n’échappent pas même s’ils poussent l’exercice moins avant que ses recherches personnelles. Pour structurer ses images l’homme n’hésite pas à les décaler, les faire sortir du cadre et mettre des butées hors champs, livrant au bout du compte des portraits d’une intensité troublante.

Yves Denis. - Lire l'article complet sur Dandy Magazine
Back to Top